Les 5 rites tibétains : le secret de la jeunesse éternelle des moines tibétains

rite-moine-tibetain-bouddhiste (3)

Voulez-vous apprendre comment faire les cinq rites tibétains et pourquoi ils fonctionnent aussi bien que tout le monde le dit ? Alors vous êtes dans le bon article !

Nous souhaitons tous ne jamais vieillir, mais malheureusement le temps passe pour tout le monde, mais ces cinq rites créés par des moines tibétains sont considérés comme un véritable élixir de longue vie.

Même si nous ne pouvons pas arrêter le temps, nous pouvons faire de notre mieux pour garder notre corps et notre esprit jeunes et en forme.

Tout comme la salutation au soleil, ces cinq exercices tibétains doivent être pratiqués chaque matin pour commencer la journée avec un esprit calme et surtout plein d’énergie.

Dans cet article, vous découvrirez les avantages, la façon dont ils sont pratiqués, les contre-indications et bien d’autres choses encore sur ces cinq rites tibétains étonnants qui ont changé de nombreuses vies.

L’histoire des cinq exercices tibétains

Les cinq rites tibétains sont un système d’exercices dont les origines sont incertaines. Toutefois, selon diverses sources, on sait qu’ils étaient pratiqués il y a 2 500 ans dans les montagnes de l’Himalaya par les habitants du Tibet.

Ces rituels et le yoga sont bien plus liés que vous ne le pensez.

En fait, si l’on examine attentivement ces pratiques, elles peuvent être considérées comme une forme de yoga qui, au fil du temps, s’est différenciée du Hatha Yoga classique.

Alors que dans ce type de yoga, les asanas sont maintenus pendant un long moment, les positions qui sont exécutées pendant les cinq rites le sont de manière dynamique.

Les bienfaits des cinq rites tibétains

Tout comme la salutation au soleil, les cinq tibétains devraient être pratiqués tous les matins pour commencer la journée de la meilleure façon.

Selon les moines tibétains, mais aussi selon la science moderne, si vous prenez l’habitude de pratiquer ces exercices quotidiennement, votre corps et votre esprit restent jeunes plus longtemps et vous vous sentez considérablement mieux.

Après tout, ils fonctionnent comme le yoga.

On peut considérer qu’il s’agit de petits sacrifices consentis à court terme qui apportent néanmoins de profonds avantages pour la santé à long terme.

Examinons maintenant pourquoi et ce que les cinq rites tibétains réussissent si bien.

  • Ils augmentent le niveau d’énergie, ce qui est toujours utile pour commencer la journée dans les meilleures conditions.
  • Ils calment l’esprit et combattent le stress.
  • Ils améliorent la flexibilité.
  • Ils renforcent l’ensemble du corps, en particulier les jambes, les hanches, l’abdomen, le dos, les bras et les épaules.
  • Ils améliorent la respiration.
  • Ils améliorent la posture
  • Ils combattent le mal de dos.
  • Si vous avez quelques kilos en trop, ils sont excellents pour perdre du poids et rééquilibrer l’ensemble du corps.
  • Ils améliorent la digestion car ils agissent sur tous les organes abdominaux.
  • Pour les femmes, les symptômes des menstruations et de la ménopause s’atténuent.
  • Ils rééquilibrent tous les chakras et donc aussi toutes les glandes endocrines qui leur sont associées. Par conséquent, ce dernier fonctionne mieux et l’ensemble du corps en bénéficie.

Vous ne saviez pas qu’il y avait autant d’avantages, n’est-ce pas ?

Il est étonnant de constater à quel point quelques exercices quotidiens simples peuvent être bénéfiques pour la santé.

Bien sûr, comme pour toutes les positions de yoga, il existe aussi des contre-indications.

rite-moine-tibetain-bouddhiste (3)

Contre-indications des cinq rituels tibétains

Les cinq tibétains sont des exercices qui font beaucoup de bien ; cependant, dans certains cas, il faut les éviter ou les faire avec des variantes. Dans le cas contraire, le risque est de causer davantage de dommages, plutôt que d’améliorer la santé.

Le yoga nous apprend toujours à partir de la situation dans laquelle nous nous trouvons et à avoir du respect pour notre corps. Si vous essayez de faire ce que vous voyez dans les vidéos sans tenir compte de la situation dans laquelle vous vous trouvez, vous risquez de vous blesser.

Il est toujours bon de faire d’abord une analyse de sa condition physique et de partir de là pour l’améliorer.

Par conséquent, si vous vous trouvez dans l’une des situations suivantes, évitez d’accomplir les cinq rites tibétains ou pratiquez sous les yeux d’un professeur de yoga qui pourra certainement vous conseiller sur la marche à suivre.

  • Si vous avez une ou plusieurs hernies ou d’autres pathologies similaires, telles que des vertèbres glissées.
  • Si vous souffrez d’hyperthyroïdie.
  • Si vous souffrez d’hypertension.
  • Si vous êtes enceinte.
  • Si vous souffrez de problèmes cardiaques.
  • Pour tout problème de santé, parlez-en à votre professeur ou à votre médecin avant de pratiquer cette position ou toute autre position de yoga.

De plus, les premières fois que vous faites ce type d’exercice, je vous recommande de faire les exercices progressivement pour permettre à votre corps de s’habituer aux nouvelles positions.

Commencez par répéter chaque exercice 3 à 5 fois, puis augmentez au fil du temps jusqu’à atteindre 21 répétitions, comme le veut la tradition.

Comment accomplir les cinq rites tibétains ?

Selon les moines, les cinq rites tibétains doivent être accomplis dès le réveil, afin de pouvoir affronter la journée avec plus d’énergie et un esprit calme.

Souvent, cependant, pour diverses raisons, vous ne pouvez pas le faire tôt le matin.

Cependant, ne vous inquiétez pas, car vous pouvez très bien les réaliser à tout autre moment de la journée lorsque vous êtes libre. Bien sûr, pas après les repas, car ils doivent toujours être pratiqués à jeun.

Mais ne laissez pas vos tâches quotidiennes prendre le dessus, essayez d’éliminer certaines habitudes moins importantes que vous pouvez remplacer par les cinq rites tibétains très sains.

Après tout, il suffit de 10 à 20 minutes par jour pour obtenir de bons résultats.

Chaque rituel doit être répété 21 fois, mais comme suggéré précédemment, ce nombre doit être considéré comme un point final plutôt qu’un point de départ. Commencez par 3 répétitions, puis augmentez progressivement jusqu’à 21 répétitions.

Un autre secret, c’est de commencer la pratique et de la maintenir pendant 21 jours. L’esprit et le corps doivent répéter une action pendant 21 jours pour en faire une habitude.

Lorsque vous atteignez cette petite étape, le cinq tibétain devient une merveilleuse habitude qu’il est peu probable que vous retiriez de votre vie.

Maintenant que vous savez comment insérer ces exercices dans votre vie, examinons-les un par un.

Entre un rituel et un autre, j’ai inséré des pauses dans certaines positions de yoga. Elles sont très utiles pour reposer la partie du corps la plus sollicitée, afin de pouvoir poursuivre la pratique des cinq rites tibétains sans tension et en toute sécurité.

rite-moine-tibetain-bouddhiste (3)

Le premier rite tibétain

Commencez par vous placer dans ce qui est une variante du premier rite classique tibétain Tadasana, la position de la montagne : pieds parallèles et à la même largeur que le bassin, mains sur les côtés.
Amenez vos bras à la même hauteur que vos épaules, les paumes tournées vers le bas.
À ce stade, commencez à tourner dans le sens des aiguilles d’une montre vers la droite, en tournant vos pieds d’environ 90 degrés à chaque fois, en essayant toujours de revenir à la position de départ.
Si vous le pouvez, faites 21 répétitions, mais les premières fois que vous le ferez, vous aurez peut-être des vertiges. Ne vous inquiétez pas, car c’est tout à fait normal. Faites autant de répétitions que possible sans que les vertiges ne prennent le dessus, puis revenez à Tadasana.
Restez dans cette position pendant quelques respirations.
Pour diminuer le mouvement de la tête, essayez de fixer un point en face de vous pendant la majeure partie de la rotation.

Le premier rite tibétain est très bénéfique car il active tous les chakras et permet la circulation de l’énergie entre tous les centres énergétiques.

Le deuxième rite tibétain

Allongez-vous sur le tapis comme si vous faisiez Savasana.
À ce stade, en inspirant, amenez vos jambes à angle droit, comme si vous alliez faire la position du pilier de yoga, mais vos mains restent sur le sol, les paumes tournées vers le tapis. Vos pieds sont fléchis. En même temps, levez la tête comme si vous alliez regarder votre nombril. Gardez votre menton vers votre cou.
Expirez, ramenez vos jambes et votre tête vers le sol. Cette fois, les pieds ne sont pas pliés, mais les orteils sont étirés vers l’avant pour allonger l’arrière des pieds.
Après avoir effectué ce rituel, je vous recommande de vous reposer quelques fois en Apanasana. Cette position est réalisée simplement en ramenant les genoux vers la poitrine et en les serrant.
Cet exercice peut exiger beaucoup de la région lombaire. Je vous recommande donc de commencer à plier les genoux entre un mouvement et un autre. De cette façon, vous garderez le bas de votre dos en sécurité.

Une fois que vous vous serez familiarisé avec ce rituel, vous pourrez le faire en gardant les jambes droites, même pendant les mouvements. Il en va de même pour le nombre de répétitions. N’en faites pas trop, mais donnez à votre corps le temps de s’y habituer.

Ce deuxième rituel agit principalement sur les 5 premiers chakras, renforce les jambes, le cou, les muscles abdominaux, stimule les organes qui se trouvent dans l’abdomen et allonge tout le dos.

Le troisième rite tibétain

Le troisième rite tibétain, quant à lui, peut être considéré comme la version dynamique d’Ustrasana, la position du chameau.

Agenouillez-vous avec le bassin au-dessus des genoux et les épaules au-dessus du bassin. Les doigts sont sur le sol. Les mains passent sur les fesses.
En inspirant, pliez simplement le haut du dos vers l’arrière sans bouger le bassin, qui doit toujours rester perpendiculaire au sol. Ramenez votre tête en arrière avec précaution et regardez vers le haut. Pour que votre cou soit bien maintenu, je vous recommande d’amener votre menton légèrement vers votre cou. Vos coudes vont de chaque côté pour ouvrir votre poitrine et vos épaules.
Expirez et revenez doucement à la position de départ.
Répétez cet exercice 21 fois ou jusqu’à ce que vous sentiez que vous pouvez l’effectuer sans ressentir de tension.
Une fois terminé, reposez-vous pendant quelques respirations en Balasana, la position de l’enfant. Cette position s’effectue en étirant le dos des pieds sur le sol, en amenant les fesses sur les talons, les mains sur les côtés et le front sur le tapis.
Cet exercice travaille sur les troisième, quatrième et cinquième chakras, ouvre la poitrine et les épaules, allonge la gorge, détend les organes abdominaux et améliore la respiration.

Le quatrième rite tibétain

Asseyez-vous sur le tapis de yoga, les jambes tendues vers l’avant, les pieds pliés, le dos droit, les épaules ouvertes et le regard tourné vers l’avant. Vos bras sont le long de vos côtés, les paumes reposant sur le sol et les doigts faisant face à vos pieds. Dans le yoga traditionnel, cette position est appelée Dandasana, la position du bâton.
Inspirez, appuyez avec vos mains et vos talons sur le sol et soulevez votre bassin vers le haut pour former un pont. Les genoux passent au-dessus des talons et les épaules restent au-dessus des poignets. Le bassin doit être à la même hauteur que les épaules et les genoux. La tête va légèrement en arrière. Cette position dans le yoga est appelée Ardha Purvottanasana.
Si vous avez des problèmes de cou, évitez de tirer la tête en arrière ou de regarder vers le haut.
Expirez, abaissez le bassin et revenez à la position de départ.
Si cette version est trop exigeante, je vous recommande d’effectuer la suivante, qui est moins intense :

Allongez-vous sur le dos sur le tapis de yoga, les genoux pliés, les talons près des fesses et les bras sur les côtés, les paumes sur le sol.
Inspirez, levez votre bassin à la même hauteur que vos genoux. Cette position dans le yoga est appelée Setu Bandha Sarvangasana.
Expirez et redescendez le bassin dans la position de départ.
Cet exercice renforce considérablement les bras, les jambes et les fesses, allonge tout le devant du corps et ouvre la poitrine et la gorge, améliorant ainsi la respiration.

Le cinquième rite tibétain

Le cinquième exercice peut être considéré comme une transition dynamique entre deux des positions de yoga les plus connues, le chien regardant vers le bas et le chien regardant vers le haut.

Commencez par vous positionner en quatre appuis, les épaules au-dessus des poignets et le bassin au-dessus des genoux.
En expirant, levez les hanches en prenant la position Adho Mukha Svanasana, la position du chien qui regarde vers le bas. Les jambes sont tendues, les talons doivent toucher le sol, les orteils sont bien ouverts, les coudes tournent vers l’extérieur et les épaules sont détendues.
Inspirez, abaissez votre bassin jusqu’à ce qu’il touche presque le sol, mettez vos épaules sur vos poignets et cambrez votre dos vers le haut. Si vous le pouvez, regardez vers le haut, sinon vous pouvez aussi regarder vers l’avant. Cette position est une variante de Urdhva Mukha Svanasana, le chien qui regarde vers le haut. Pour en savoir plus sur ce poste, vous pouvez lire ce guide.
Continuez à faire la transition entre ces deux positions 21 fois ou jusqu’à ce que vous puissiez le faire.
Le mouvement entre le chien qui regarde vers le bas et le chien qui regarde vers le haut peut être assez difficile.

Donc, si vous venez de commencer à faire du yoga, je vous conseille de le faire lentement et en douceur. Une fois que vous l’avez bien appris, vous pouvez le faire encore plus rapidement.

Conseils pour une meilleure et surtout plus sûre pratique

Si vous pratiquez déjà le yoga, vous pouvez certainement accomplir les cinq rites tibétains avec facilité.

Si, au contraire, vous avez récemment commencé à pratiquer le yoga, suivez ces conseils, car ils vous aideront certainement beaucoup à améliorer votre pratique et à accomplir les cinq rites tibétains sans vous blesser.

Écoutez votre corps et n’en faites pas trop. Plusieurs des positions qui font partie de ces cinq exercices sont assez exigeantes, alors commencez par faire quelques répétitions. Avec le temps, vous pouvez les augmenter et atteindre l’objectif de 21 fois.
Exercez-vous d’abord de manière statique. Ce ne sont pas seulement les positions qui sont difficiles, mais aussi la composante dynamique qui rend l’exercice plus exigeant. Je vous conseille donc de vous familiariser avec toutes les positions, en les prenant individuellement et en les maintenant avec quelques respirations. Une fois que vous savez bien comment exécuter une position de manière statique, vous pouvez effectuer des exercices dynamiques avec agilité et en toute sécurité.
Laissez votre respiration vous guider. La respiration est la chose la plus importante, alors laissez votre respiration vous guider et essayez de ne pas la bloquer. Parfois, quand on fait une position qui demande plus d’effort, on a tendance à oublier sa respiration qui se bloque parfois. Chaque fois que cela se produit, l’énergie (prana) se fige. Essayez donc toujours de maintenir une respiration profonde, lente et régulière. Si vous remarquez que cela devient laborieux, vous pouvez vous reposer un moment dans l’une des positions de repos que j’ai suggérées dans le paragraphe précédent et continuer les exercices.
Si vous mettez en pratique ces trois conseils simples, vous accomplirez les cinq rites tibétains correctement et, surtout, en toute sécurité.